Tulipan de ZiZAN!A Biobotanica: Des cosmétiques au lieu du compost

Des soins de la peau à base de résidus végétaux


Qui es-tu?

Je m’appelle Tulipan. Je suis co-fondateur de ZiZAN!A Biobotanica. Nous développons des produits cosmétiques complexes à partir de résidus végétaux provenant de notre propre récolte de graines bio. De nombreuses idées poussent également dans ma tête – La routine, ce n’est pas pour moi. Ma force, c’est que je sais ce que je ne peux pas faire moi-même. Cela me permet de trouver plus facilement des personnes qui ont le savoir-faire nécessaire pour nous aider dans notre entreprise: Anneleen est responsable de la recherche et du développement, Apolline s’occupe du marketing, et Caterina du graphisme.



Qu’apportes-tu de nouveau sur le marché?

Lors de la récolte des semences, seules les graines sont normalement traitées. Le reste atterit droit dans le compost. C’est exactement cela que nous voulons changer. Chez ZiZAN!A, nous traitons ces résidus végétaux. Nous les utilisons pour produire des extraits pour nos produits cosmétiques innovants. Pour cela, nous avons développé un processus de upcycling unique en son genre qui permet d’extraire les composantes utiles des plantes et d’ainsi produire des produits cosmétiques naturels en phase avec le mouvement #CleanBeauty.


Quand et comment cette idée est-elle apparue?

J’ai fondé ZiZAN!A en tant que spin-off de l’entreprise de semences de mes parents. Auparavant, mes frères et moi avions repris le magasin familial Zollinger Bio de nos parents en 2016. Il s’agit d’un magasin spécialisé dans les semences biologiques depuis 1984. Ma passion pour les plantes souffrait beaucoup du fait qu’après les récoltes, les résidus végétaux étaient simplement jetés au compost. Il y a quatre ans, je me suis donc mis à la recherche d’alternatives pour l’utilisation de ces dernières. Soudain, une question a surgi dans mon esprit: Ne pourrions-nous pas utiliser ces résidus végétaux pour créer des produits cosmétiques naturels? Après quelques essais prometteurs, j’ai rapidement constaté que le monde du cosmétique nécessite un savoir-faire professionnel. Par chance, j’ai découvert Anneleen. Anneleen est une pharmacienne diplômée avec plusieurs années d’expérience dans l’industrie du cosmétique. À l’époque, elle était à la recherche de nouveaux défis. C’était le profil parfait! Nous avons donc fondé ZiZAN!A ensemble.


Comment se déroulent ton quotidien et tes affaires? Quelles activités aimes-tu faire en particulier?

Développer un nouveau produit cosmétique prend plus d’une année. Mais nous ne nous facilitons pas forcément la tâche… Nous développons nos propres formules, utilisons nos propres ingrédients et nous efforçons de maintenir la liste des ingrédients aussi courte et naturelle que possible. Cela signifie souvent plusieurs essais jusqu’à ce que nos exigences soient satisfaites. L’emballage représente également un défi en soi, car nous souhaitons utiliser uniquement des matières recyclées et recyclables lors de sa fabrication. Le meilleur moment, c’est quand nous tenons enfin notre nouveau produit sous sa forme finale dans les mains. C’est à ce moment que nous savons que nous avons réussi! Jusqu’à ce qu’une pensée parasite nous passe par la tête… Hm, qu’est-ce que je pourrais y ajouter, ne pourrions nous pas encore…? Ah! Bonne idée! En route pour le laboratoire!



Quand et à quelle occasion as-tu échoué?

Toutes les mains de notre équipe n’ont pas assez de doigts pour compter nos nombreux échecs! Depuis notre création et notre concept initial, rien n’a jamais tenu debout parfaitement. Nous avons même dû changer le nom, le design et la composition de nos produits à maintes reprises. Ce qui semblait bien sur le papier a souvent échoué dans la réalité, et nous avons appris que la flexibilité est nécessaire pour aller de l’avant. Un jour, nous souhaitions créer un tube spécial pour notre crème pour les mains. Nous avons trouvé un modèle fabriqué à base de bois recyclé. Tout s’est bien passé jusqu’au moment du recyclage. Il s’est avéré que nous avions oublié un petit repère lors de la conception qui indique à la machine où se trouvent l’avant et l’arrière. Nous avons donc dû y remédier grâce à un travail d’équipe. Pendant trois jours, nous avons dû dessiner ce repère à la main à l’aide d’un stylo sur les quelques 25'000 tubes. Cela ne nous arrivera pas deux fois!

Un moment de clarté que tu souhaiterais partager:

Vois tes erreurs et tes échecs comme une opportunité, sinon ces derniers t’écraseront. Chez nous, presque chaque situation difficile s’est révélée être une grande chance, et nous en sommes toujours sortis mieux équipés pour la suite. Et puis encore: À chaque obstacle surmonté, nous laissons dernière nous des potentiels concurrents qui abandonnent.


Tulipan, Les Evouettes

zizania.bio

Posts récents

Voir tout