Tulipan de ZiZAN!A Biobotanic: Des cosmétiques au lieu du compost

Soins de la peau à partir de sous-produits végétaux


Qui es-tu?

Je suis Tulipan, co-fondateur de ZiZAN!A Biobotanica. Nous développons des produits cosmétiques intelligents à partir des résidus végétaux de notre propre récolte de graines biologiques. J'ai aussi beaucoup d'idées qui poussent dans ma tête- la routine n'est pas quelque chose pour moi. Ma plus grande force est que je suis conscient de ce que je ne sais pas faire. Cela me permet de trouver plus facilement d'autres personnes qui possèdent le savoir-faire nécessaire à l’entreprise: Anneleen est responsable de la recherche et du développement, Apolline s'occupe de notre marketing et Caterina du graphisme.



Qu’est-ce que tu crées comme changement?

Lors de la récolte des graines, en principe seules les graines sont transformées. Tout le reste a fini au compost jusqu'à maintenant. Et c'est exactement ce que nous sommes en train de changer. Chez ZiZAN!A, nous transformons ces sous-produits en extraits pour nos cosmétiques innovants. Nous avons développé pour cela un processus d'upcycling unique, libérant ainsi les précieux ingrédients des plantes et produisant des cosmétiques naturels entièrement conformes au mouvement #CleanBeauty. Cela signifie des formules réduites, peu d’ingrédients mais qualitatifs, peu d’emballages tout en restant attrayants, et la meilleure qualité.



Quand et comment cette idée t’est-elle venue?

J'ai fondé ZiZAN!A en 2020 en tant que spin-off de l'entreprise de semences de mes parents. Avant cela, mes deux frères et moi avions repris en 2016 l'entreprise de mes parents, Zollinger Bio, spécialisée dans les semences biologiques depuis 1984. Ma passion pour les plantes a fait que ça me faisait mal de voir qu’après la récolte des graines, les résidus végétaux étaient juste compostés. Il y a quatre ans, j'ai donc décidé de leur trouver une utilité. Et soudain, la question m’est venue à l’esprit: Pouvons-nous transformer nos sous-produits végétaux en cosmétiques naturels? Après quelques premières tentatives prometteuses, j'ai rapidement découvert que les cosmétiques sont un monde à part, nécessitant un savoir-faire d'expert. J’ai eu la chance de trouver Anneleen. Docteure en pharmacie et forte de plusieurs années d'expérience dans le secteur des cosmétiques, elle était à la recherche d'un nouveau défi. C'était une adéquation parfaite et nous avons donc fondé ensemble ZiZAN!A.



Comment se déroule votre quotidien et votre activité, qu’est-ce que vous aimez particulièrement faire?

Le développement d'un nouveau produit cosmétique prend plus d'un an. Mais nous ne nous facilitons pas forcément la tâche non plus..., nous développons nos propres formules, utilisons nos propres ingrédients et voulons que la liste des ingrédients soit aussi courte et naturelle que possible. Cela implique souvent beaucoup de tentatives jusqu'à ce que nous atteignions nos propres objectifs. Suivent ensuite de nombreux tests. Enfin, l'emballage est également un défi, car nous voulons utiliser des matières premières recyclées et recyclables.

Le meilleur moment, c'est quand nous avons enfin un nouveau produit entre les mains. Là, nous savons que nous avons réussi! Jusqu'à ce que notre tête nous dise: hm, qu'est-ce qui pourrait encore aller avec, est-ce qu’on pourrait pas peut-être encore faire ça...? Oui, bonne idée! Allons au laboratoire!



Quand et où avez-vous échoué?

Toutes les mains de notre équipe n'ont pas assez de doigts pour compter tous les échecs!

Depuis notre création et notre concept initial, rien n'a été négligé. Le nom, le design ainsi que la composition des produits ont changé plusieurs fois. Ce qui semblait bon sur le papier a souvent échoué dans la réalité et nous avons appris que la flexibilité est nécessaire pour aller de l'avant.

Une fois, nous voulions vraiment un tube spécial pour notre crème pour les mains. Nous avons fini par en trouver un qui était fabriqué en bois recyclé. Tout se passait bien, jusqu’à la création du design, où nous avons soudain rencontré des problèmes. Il s'est avéré que nous avions oublié une toute petite marque qui indique à la machine où se trouvent l'avant et l'arrière de l’emballage. L'équipe a ensuite passé trois jours à marquer 25 000 tubes à la main avec un stylo. Cela ne nous arrivera pas une seconde fois!


Ton message aux autres qui veulent se lancer?

Vois les erreurs et les échecs comme des opportunités, sinon ils t’écraseront. Presque toutes les situations stressantes se sont révélées être au final une excellente opportunité pour nous, et nous n'avons fait que nous améliorer grâce à cela. Hé et: chaque fois que l’on franchit un obstacle, on laisse derrière soi des concurrents potentiels qui abandonnent.


Tulipan, Les Evouettes

zizania.bio