Sami Lorez: Toujours un peu sous tension

Lorsqu’il n’est pas en route sur sa moto ou ne séjourne pas aux Mayens (et y boit une bonne bière), Sami Lorez se trouve aux commandes du sysètme énergétique des remontées méchaniques de Lenzerheide. Il veille à ce que nous, montagnardes et montagnards, puissions arriver au bon endroit avec un minimum d’efforts et d’énergie.


Qui es-tu?

Je m’appelle Sami Lorez. Je travaille chez Lenzerheide Bergbahnen AG et suis responsable du projet «énergies durables». Je suis également CEO adjoint de l’entreprise. J’ai passé toute ma vie ici dans cette région – J’ai grandi à Parpan, et j’habite désormais à Valbella. La nature n’est pas seulement un point central dans ma vie, c’est également le bien le plus précieux pour notre entreprise. Sans elle, nous pourrions littéralement plier bagage. C’est pourquoi nous nous donnons la peine de lui donner quelque chose en retour, là ou nous pouvons nous le permettre. Comme pour tout, c’est donnant-donnant.


Qu’apportes-tu de nouveau?

De péférence ma moto! Quant à mon travail, je m’occupe des énergies renouvelables en

montagne à Lenzerheide. Ce qui caractérise mon travail, c’est le fait que je ne remplace pas simplement des installations obsolètes par de nouvelles avec un rapport 1:1. À la place, je les intègre directement dans des nouvelles instalallations photovoltaïques. Ce qui est cool, c’est que l’énergie solaire capturée est directement injectée dans le réseau du site. Ainsi, nous pouvons utiliser 100% de l’électricité ainsi fournie pour notre propre consommation. Grâce au système de gestion, je peux tout mesurer et contrôler. De cette manière, je peux voir où et combien d’énergie est produite, où elle est dirigée… et surtout combien d’énergie peut être économisée. C’est un système très efficace!



Quand et comment cette idée est-elle venue?

Le projet suit une philosophie et stratégie de dévelopement durable fortement préconisée chez Lenzerheide Bergbahnenn AG depuis 2013. Nous nous sommes également inspirés de l’installation pilote située au sommet du Rothorn. Celle-ci fût mise en service en 1985 par Rothorn AG (active à l’époque) en collobarotion avec la Haute école spécialisée des Grisons.


Qu’est-ce qui te fait le plus plaisir?

Que nous puissions réduire nos besoins en énergie de manière mesurable. Nous sommes en bonne voie pour faire de notre vision d’une exploitation des remontées méchaniques neutre en CO2 une réalité. Déjà maintenant, l’électricité utilisée pour nos installations provient entièrement de sources d’énergies renouvelables. Celles-ci produisent également leur propre énergie solaire. Et ce sont souvent de petites adaptations qui sont à l’origine de grands changements: Grâce à nos systèmes interconnectés, je peux par exemple faire baisser automatiquement le chauffage du restaurant de montagne Scharmoin par beau temps depuis la vallée. Nous avons ainsi pu réduire nos frais de chauffage d’un tiers!


À quoi ressemble ton quotidien?

Quand je pense à une journée de travail «typique», je dois dire que je préfère largement

l’hiver, où mon quotidien consiste à effectuer un contrôle régulier des pistes. L’été en

montagne est certes très agréable, mais c’est durant cette période de l’années que des

travaux de projets comme celui-ci prennent place. Et pour être honnête… Cela représente

un peu trop de temps passé dans un bureau à mon goût. Je préfère être dehors, en

montagne et sur les lieux du travail à l’extérieur.



Quel est ton superpouvoir, et comment le décrirais-tu?

Je suis peut-être assez grand (on m’appelle même parfois « l’ours »), mais je sais très bien

me cacher. Il suffit de demander à mon équipe de base: Thomas, Philipp et Marcia pourraient certainement en dire plus à ce sujet.


As-tu déjà échoué?

Certaines installations photovoltaïques ne pouvaient pas être réalisées par le passé en raison de contraintes ou autres obstacles. Dans ces cas-là, nous nous efforçons de trouver une autre solution, peut-être même meilleure!


Ton message au monde ainsi qu’à d’autres entrepreneurs comme toi?

Never give up. Toujours essayer à nouveau. Il faut parfois plusieurs tentatives et adaptations du projet avant que quelque chose puisse vraiment être mis en oeuvre. C’est valable non seulement pour des projets ambitieux tels que le nôtre, mais aussi dans la vie en général.



Sami, Lenzerheide Bergbahnen AG

Lenzerheide